Textes bibliques pour le dimanche 19 janvier (Deuxième dimanche ordinaire)

Lecture du livre d’Isaïe                                                                                 Is 49, 3.5-6

Le Seigneur m’a dit: «Tu es mon serviteur, Israël, en toi je manifesterai ma splendeur.» Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur, que je lui ramène Jacob, que je lui rassemble Israël. Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force.

Et il dit: «C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob, ramener les rescapés d’Israël: je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre.»

 

Commencement de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens
1 Co 1, 1-3

Paul, appelé par la volonté de Dieu pour être apôtre du Christ Jésus, et Sosthène notre frère, à l’Église de Dieu qui est à Corinthe, à ceux qui ont été sanctifiés dans le Christ Jésus et sont appelés à être saints avec tous ceux qui, en tout lieu, invoquent le nom de notre Seigneur Jésus Christ, leur Seigneur et le nôtre. À vous, la grâce et la paix, de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus Christ.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean                                                 Jn 1, 29-34

En ce temps-là, voyant Jésus venir vers lui, Jean le Baptiste déclara: «Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde; c’est de lui que j’ai dit: L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était. Et moi, je ne le connaissais pas; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté à Israël.»

Alors Jean rendit ce témoignage: «J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et il demeura sur lui. Et moi, je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit: ‘Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, celui-là baptise dans l’Esprit Saint.’ Moi, j’ai vu, et je rends témoignage: c’est lui le Fils de Dieu.»

Textes liturgiques © AELF, Paris

Voici l’Agneau de Dieu

Voir et connaître. Jean Baptiste voit Jésus venir à lui; il avoue pourtant qu’il ne le connaissait pas avant son baptême dans le Jourdain (évangile). L’Esprit Saint lui permet de connaître vraiment Jésus. Il n’est pas seulement de sa parenté; il est Fils de Dieu. Seul, l’Esprit le fait passer de sa vision de Jésus à sa connaissance. Jésus n’est pas seulement un personnage de l’histoire humaine, un homme exceptionnel dont nous nous ferions une idée à force d’étude et de réflexion. On ne peut le reconnaître que lorsque Dieu lui-même nous le révèle, et personne ne peut le connaître s’il n’a le cœur ouvert aux signes de l’Esprit. Jean a vu et reconnu; alors il contemple le mystère du Christ, Fils de Dieu sur qui demeure l’Esprit, l’Agneau dont le sang réconcilie l’humanité avec Dieu. Il contemple ce que la voix du prophète avait annoncé: la venue du Serviteur de Dieu, «la lumière des nations» pour que le salut «parvienne jusqu’aux extrémités de la terre» (première lecture). Ce salut est à accueillir dans le Christ Jésus. L’Église naissante, appelée à la sainteté, est invitée à contempler le mystère du Christ pour être fidèle à l’appel de Dieu (deuxième lecture).

Nous aussi, nous sommes appelés à être des témoins de la sainteté de Dieu. Pour cela, il nous faut connaître le Christ comme Fils de Dieu, entrer dans la contemplation du mystère du Christ. Il ne s’agit pas tant d’accumuler des savoirs sur Jésus que de le connaître et de le rencontrer par notre disponibilité à l’Esprit, l’écoute de sa Parole et le partage de sa vie qu’il nous offre dans l’Eucharistie. De cette expérience naîtront la mission et le service des frères.

Missel des Dimanches 

Commentaires des illustrations 

Unité des chrétiens

Le naufrage de Paul à Malte. D’après Gustave Doré. 

Première lecture

Le prophète Isaïe, par Michel-Ange. 1509. Fresque. Chapelle Sixtine, Vatican. 

Deuxième lecture

Le port de l’ancienne Corinthe. 

Évangile